drapeau 8 mai non reduit

Cérémonie du 8 mai 1945

La cérémonie de commémoration du 8 mai 1945 a eu lieu au monument aux morts à 11 h.

Voici le discours qui a été lu par Mme Isabelle TOUZARD, Maire de Murviel les Montpellier :

Murviel Les Montpellier – Cérémonie du 8 mai 2014.
En commémoration de l’armistice de la seconde guerre mondiale.
Isabelle Touzard

Nous sommes réunis pour célébrer ensemble le 69ème anniversaire de la victoire du 8 mai 1945 et rendre hommage aux vainqueurs de la seconde guerre mondiale. Pour fêter la victoire des alliés, la victoire de la France Libre. La fin de moments tragiques, le retour des prisonniers… Ce sont donc des moments d’immense joie et d’espoir que nous évoquons ici.

Mais surtout, nous sommes ici pour témoigner notre respect envers toutes les victimes de cette tragédie qui n’a pas connu d’équivalent dans l’histoire.
Pendant les six ans qu’a duré cette guerre, plus de 60 millions de victimes militaires et civiles, sur tous les continents, ont payé le plus lourd tribut qu’il soit pour que le monde retrouve la paix. Rendons hommage notamment à tous les héros anonymes qui ont donné leur vie pour un idéal de liberté et démocratie.

Nous sommes ici réunis également pour tirer les leçons de cette histoire et faire en sorte qu’elle ne se reproduise pas. En effet, nous devons chacun et chacune faire tout ce qui est en notre pouvoir pour garantir la paix pour laquelle nos parents, grands-parents, arrière-grands-parents se sont battus et sont parfois morts.
Ici à Murviel, comme ailleurs, des hommes et des femmes se sont battus contre le fascisme, c’est-à-dire à la fois contre une dictature, un impérialisme exacerbé, et une idéologie raciste et xénophobe qui a généré le plus grand génocide de tous les temps.

Ce jour nous rappelle qu’il nous faut avoir une vigilance de tous les instants. La guerre arrive sans qu’on s’en doute. On se le dit à chaque commémoration. Et pourtant, depuis 1945, les français ont continué à vivre la guerre et à la voir se développer tout autour d’eux. Nous avons vécu des guerres d’indépendance douloureuses, nous n’avons pas pu empêcher le Rwanda, la Yougoslavie, l’Irak… Aujourd’hui nous assistons aux évènements en Ukraine, en Syrie. Le conflit israélo-palestinien dure encore et toujours.

J’en suis persuadée, la lutte pour la paix passe par une prise de conscience de chacun d’entre nous, des grands enjeux qui peuvent mener à la guerre. Elle se gagne par nos comportements de citoyens. Et je pense notamment à trois choses :

– Gérer collectivement nos ressources naturelles : il y a des guerres pour l’eau, pour la terre, pour le pétrole… Nous devons veiller plus que jamais à préserver ces ressources aujourd’hui, pour que nos enfants ou petits-enfants n’aient pas à se battre à l’avenir ;
– Lutter contre le désintéressement du politique, et même son dénigrement, qui ruine la démocratie et laisse la porte grande ouverte aux idéologies qui prônent la haine et sont ferments de guerres ;
– Faire vivre l’humanisme, la fraternité et la convivialité une valeur tellement fondamentale, mais tellement facile à oublier, dans le tourbillon de notre vie quotidienne.

Ce sont des enjeux sur lesquels chacun peut jouer, citoyen, élu, même à petite échelle, celle d’un village.

Enfin, puisque nous sommes à quelques semaines des élections européennes, je voudrais rappeler que le 8 mai 1945 fut aussi le démarrage d’une nouvelle période politique, économique et sociale, le vote des femmes, la sécurité sociale, l’économie de la reconstruction, puis les trente glorieuses…et le début de la construction d’une Europe qui nous a mis à l’abri de nouvelles guerres. L’Europe repousse les guerres hors de ses frontières. Une Europe à renouveler sans doute pour y renforcer les solidarités, mais que tant nous envient qu’aujourd’hui même certains se battent pour la rejoindre, je pense à l’Ukraine.
Il est donc important que chacun participe aux élections du 25 mai prochain : ce vote, c’est aussi un acte de paix.

Laisser un commentaire